Sélectionner une page

Un rideau de saule pleureur à peine verdi par le printemps devant un lac d’huile sur lequel glissent deux rameurs et un canard en plein envol…

Le tableau n’aurait probablement pas déplu à quelque peintre impressionniste. Il fait certainement le bonheur de promeneurs toute l’année durant… en particulier lorsqu’un soleil presque estival succède à la tempête!
(Sempach, rive du lac à côté du “Seeplätzli”, 9.04.2015 en fin d’après-midi)